Infos:  Infos Liban  |  Infos Syrie  |  Infos Palestine  |  Infos Jordanie English | العربية

Articles

 
D-Jil : les nouveaux médias en ligne pour la jeunesse arabe se réunissent à Beyrouth
August 6, 2018
Auteur: Alice Barillet
 
Du vendredi 13 au dimanche 15 juillet 2018, s’est déroulé un hackathon au Beirut Digital District dans le cadre d’une collaboration entre CFI, la Fondation Samir Kassir, Leaders of Tomorrow, FMAS et IREX Europe, soutenue par l'Union européenne. Le thème de la compétition était : médias en ligne et jeunesse.
 
Cet évènement, regroupant des participants de la région du Proche-Orient – Liban, Syrie, Palestine, Jordanie et Egypte –, s’est tenu dans le cadre du projet « D-Jil ». Il a suivi un précédent hackathon tenu à Casablanca du 6 au 8 juillet, pour les pays du Maghreb. Le but était de sélectionner les 10 meilleurs projets de médias en ligne soutenant la jeunesse, qui recevront un financement, parmi les 30 projets présélectionnés. Chacun des 12 projets présélectionnés pour le hackathon de Beyrouth a été représenté par deux participants.
 
Les projets ont abordé un large éventail de sujets : sports, santé, fake news ou encore jeunes filles réfugiées… Cette diversité se retrouve aussi dans les supports utilisés pour interagir et publier des contenus pour et par la jeunesse arabe. Le projet « Let’s play and learn together ! » essaie, par exemple, de s’inspirer des habitudes des jeunes en utilisant une application pour smartphone, sous forme de jeu, pour les sensibiliser et les informer sur la sexualité, sujet encore tabou pour de nombreuses personnes. Une autre initiative espérant avoir un impact sur la jeunesse est celle de « Al-Hudood – Satirical Media ». Ce projet vise à former des jeunes de la région à l’utilisation de la satire, qui est un moyen de contourner la censure selon Isam Uraiqat, le rédacteur en chef du projet. L’éducation aux médias est, en effet, un facteur central dans la lutte contre la désinformation et la diminution de la défiance des jeunes envers le journalisme.
 
D-Jil met en avant la capacité d’innovation des organisations médiatiques naissantes à promouvoir l’engagement et l’autonomisation de la jeunesse. Les jeunes citoyens veulent jouer un rôle plus actif dans les médias. Le projet présenté par l’organisation Shoruq, « Independent Media : Raising Youth Voices », fait partie des dix projets sélectionnés à l’issue de ces deux week-end. Il entend travailler à l’autonomisation des jeunes filles dans le camp de réfugiés de Dheisheh en Palestine. Le projet leur met à disposition une plateforme d’expression, dont l’objectif est de susciter une prise de conscience sur les difficultés qu’elles rencontrent au quotidien. Tous les projets sélectionnés répondent à la nécessité de donner une voix à la jeunesse arabe, leur permettant de s’exprimer sur les problèmes qu’ils rencontrent et leurs aspirations.
 
L’atmosphère a été studieuse durant le hackathon. « Apprendre, communiquer et compétences » ont été les trois mots choisis par Suha et Nadim, de Shoruq, pour résumer ces trois jours à Beyrouth. Tout au long du hackathon, les participants ont échangé sur leurs projets avec des mentors, qui les ont aidés à améliorer leurs présentations. Un des mentors, Mariam Mohanna, s’est « principalement concentrée sur la structure du pitch pour s’assurer que les idées indiquent clairement les problèmes auxquels les participants veulent répondre et soulignent la pertinence de leurs solutions ». Les mentors ont été de réels alliés pour les participants. Leurs conseils tant sur le visuel (de la présentation) que sur la gestion de l’espace ont aidé les équipes à réfléchir aux questions et aux défis qu’elles n’avaient peut-être pas envisagés.
 
La compétition a aussi permis aux participants d’échanger sur leurs expériences. Le premier jour, Dana Abou Assi, du projet « Sam3ak/Ask Me », mentionnait l’opportunité offerte par ce hackathon de pouvoir rencontrer et discuter avec des personnes issues de différents pays de la région. Les participants « ont fait des recherches ensemble et échangé leurs feedbacks » a-t-elle ajouté par la suite. « Cet environnement solidaire les a aidés à faire progresser leurs idées » d’après Mariam Mohanna, et pourrait aboutir à de possibles coopérations entre leurs organisations par le futur.
 
Le hackathon s’est clôturé par un pitch final de chaque projet devant le jury, réunissant experts, représentants du consortium du projet et quelques jeunes faisant parti des lecteurs et utilisateurs potentiels des projets présentés. Le jury s’est ensuite réuni le lundi 16 juillet pour sélectionner les dix meilleurs projets. Six projets ont été sélectionnés du hackathon de Casablanca et quatre de Beyrouth, dont « Al-Hudood » et « Independant Media : Raising Youth Voices ». « Etre parmi les projets sélectionnés nous encourage davantage à développer nos projets de médias portant des voix inédites sur les plateformes locales, régionales et internationales » ont affirmé Suha et Nadim quelques jours après l’annonce des résultats.