SKeyes Center for Media and Cultural Freedom - Samir Kassir Foundation

Mamnou3: la série web qui fait débat

Mercredi 26 décembre 2012

Au Liban, un producteur indépendant lutte contre la censure

Dans des bureaux spartiates, des officiers pas toujours brillants sont occupés à des tâches kafkaïennes. Le décor est planté pour Mamnou3, web série de fiction libanaise qui fait le tour du web depuis juillet. C'est en découvrant une liste des films censurés au Liban que Nadim Lahoud, le créateur de la série a un déclic et propose de dénoncer par l'humour l'institution de la censure dans le pays.

Une fiction inspirée de la réalité

Il est soutenu dans son projet par Ayman Mhanna, directeur du centre Skeyes pour la liberté de la presse et de la culture. Le format de la websérie s'impose alors à eux deux comme une évidence. «On souhaitait toucher de nouvelles catégories de la population, en outre au Liban Internet est un média qui n'est pas soumis à la censure», indiquent-ils.

Pour le scénario, certains passages sont inspirés de faits réels mais la série reste fictionnelle, c'est une forme de «mockumentary», c'est-à-dire de faux documentaire. Après sa diffusion, les autorités de censure ont contacté des journalistes pour en nier la véracité. «Elles n'ont pas compris l'aspect comique de la série» ajoute Ayman Mhanna.

Faire changer les mentalités

Avec plusieurs milliers de vues sur Youtube, les dix épisodes déjà diffusés ont attiré l'attention des internautes et de plusieurs médias. Les créateurs indiquent que depuis le lancement de la série, le bureau de la censure a commencé à justifier de manière plus détaillée ses décisions. Coïncidence ou effet secondaire de Mamnou3? «Nous ne prétendons pas que Mamnou3! suffise pour arrêter la censure, mais il y contribue aux côtés d'autres initiatives» ajoute le directeur de Skeyes.

La première saison, financée en partie par l'Union européenne n'est que le début de l'aventure. Les producteurs cherchent de nouveaux fonds pour la suite de la série. Quant à Nadim Lahoud, il indique avoir d'autres idées en tête «J'aimerais montrer que personne n'est à l'abri du ridicule. La censure était peut-être juste la première victime.»

Share News